Septembre 2020 

     La Vie de l'autre  numéro 3

CAROLINE GAGNON,

 Professeure au cœur d’or

Faire la différence

« Vouloir faire la différence. Voilà ce qui m’a poussée à vouloir être enseignante. Je me suis donnée comme mission d’aider les jeunes comme on m’a aidée et de les accompagner au quotidien et je suis très fière de pratiquer cette superbe profession. »

Caroline Gagnon

Un modèle

Caroline a les yeux brillants de bonheur quand elle parle des enfants de sa classe. Pourtant, elle se rappelle de sa première année d’école avec un brin d’angoisse. Elle était nerveuse et ne se sentait pas bien et surtout pas capable d’apprendre comme les autres.  Elle avait beaucoup de difficultés à parler, à prendre sa place et à comprendre le processus d’apprentissage.  Ses parents et sa famille ont toujours été très près d’elle ; ils l’accompagnaient très bien pour lui apprendre à faire face à ses difficultés mais, à l’époque, il lui manquait des outils. Et Caroline le dit bien clairement car aujourd’hui elle le sait, elle est atteinte d’un TDAH, trouble qui n’avait pas été diagnostiqué à l’époque  et cela lui créait des insécurités et un manque d’estime de soi qui l’empêchait de bien fonctionner à l’école. Elle se sentait différente des autres. Elle aimait les gens et avait le goût d’aller à l’école mais ses lacunes rendaient sa vie à l’école plus difficile.

 

Heureusement pour elle, sa professeure de première année à l’école Des Ormeaux à Duvernay, Laval, madame Monique Renaud, a su accepter ses différences et lui a insufflé une bonne dose de confiance qui la nourrit encore aujourd’hui. Elle l’a prise sous son aile et grâce à elle, Caroline a pu, entre autre, recevoir des services en orthopédagogie.

 

«Quand j’avais des difficultés, elle me disait que c’était des défis à surmonter. Elle me disait de voir autrement les difficultés… de m’en faire des alliés… les défis nous aident à gravir des montagnes!»

 

Ce fut une année marquante pour elle; cela a permis à Caroline de voir sa situation d’une façon plus positive.  Elle se rend compte qu’elle a eu beaucoup de chance d’avoir cet accompagnement. Déjà, à cette époque, Caroline savait qu’elle allait devenir professeure à son tour. Le talent pour comprendre que chaque élève est spécial et unique, voilà ce que Caroline allait développer à l’image de son modèle de jeunesse; madame Renaud.  (*)

 

 

Mission : Professeur

Aujourd’hui, et Caroline en est très heureuse, il y a des services pour les élèves en difficulté et on est plus attentifs aux autres.

 

«Moi, en tant qu’enseignante à l’école Les Quatre-Vents à Laval, je garde toujours les yeux ouverts pour bien identifier les problématiques. On a des ressources aussi et des gens qui peuvent nous aider; des psychoéducateurs, des psychologues, des orthopédagogues qui peuvent nous outiller… il y a plus de recherche et on est ensemble face aux difficultés….  On est une équipe à l’école, on partage l’information entre professeurs et ainsi, les informations se complètent et j’suis contente pour les enfants que tout cela existe. Pour les élèves dyslexiques, ils ont accès à un portable avec lexibar et word-Q qui sont des logiciels qui les aident par exemple à entendre le texte pour vérifier leur compréhension. Quand ils écrivent, ils peuvent écouter ce qu’ils écrivent et réaliser ainsi si cela a du sens.  Nous avons en classe des pédaliers pour ceux qui ont besoin de bouger.  Nous avons aussi des places debout pour les élèves qui ont besoin de se lever plus souvent. Jeune j’aurais voulu être debout mais on m’obligeait à être assise. Je sais maintenant que j’aurais été beaucoup plus concentrée si j’avais pu être debout.»

 

Caroline réalise tout le chemin parcouru par l’enseignement et elle est fière d’avoir suivi son rêve. Elle a choisi son métier car elle veut aider les jeunes qui en ont besoin. En tant qu’élève, elle aurait voulu qu’on ait ces moyens de l’aider. Madame Renaud l’a grandement aidée à sa façon. Maintenant, Caroline  veut partager ce que madame Renaud a su faire pour elle et accompagner les enfants dans leurs apprentissages.

 

 

Le secret : créer un lien d’attachement

Caroline se rend compte que ce n’est pas tout le monde qui a eu la chance comme elle d’avoir des parents accompagnant, une professeure unique et d’autres éducateurs qui lui ont partagé cette passion pour les autres.

 

À son école, elle réalise que beaucoup d’élèves vivent des difficultés; ils n’ont pas assez à manger, ils n’ont pas de milieu familial adéquat, ils vivent la pauvreté.

 

« En tant que professeur, je sais que je ne peux pas tout régler mais j’ai appris lors de ma formation pour devenir professeur, que tout se passe dans le lien. Si on crée le lien d’attachement avec l’enfant, on peut l’aider à tout faire et à se réaliser malgré ses lacunes et difficultés au départ.  Ma force maintenant est devenu avec mes élèves : MON LIEN D’ATTACHEMENT AVEC CHACUN D’EUX… IL EST PUISSANT!»

 

Caroline nous explique qu’elle essaie de créer en tout début d’année le sentiment d’appartenance. Elle souligne l’importance que chaque enfant soit bien dans la classe.

 

« Il faut leur montrer qu’ils sont importants pour moi et que je m’intéresse à eux! La vie à l’école, dans la classe, ce n’est pas seulement travailler pour travailler, mais c’est créer des liens de confiance et d’acceptation mutuelle. »

 

 

Son cadeau

« De faire cette profession et de connaître de nouvelles personnes chaque année m’apporte beaucoup de bonheur. Je vois l’évolution de chacun, les apprentissages que les enfants réalisent et les défis qu’ils relèvent. »

 

La pandémie lui a fait réaliser encore plus que la présence humaine et l’interaction sont si importantes dans l’apprentissage.

 

« Grâce aux liens que l’on crée, ils comprennent qu’ils sont une personne à part entière et qu’ils sont importants. »

 

« Le cadeau qui me fait le plus plaisir à la fin d’une année scolaire c’est le succès d’un élève… de voir l’illumination dans un regard. J’fais référence à des élèves qui disent souvent : j’suis pas bon en math, puis, de voir qu’il commence à comprendre les maths. Ou en lecture d’entendre un élève me dire plus loin dans une année: Heille, j’ai vraiment aimé ce livre-là. L’illumination dans le regard vient souvent de la compréhension qu’un chemin vient d’être fait. Voilà mon cadeau»

 

Caroline nous dit qu’elle est toujours prête à créer les liens nécessaires pour que les élèves de sa classe vivent tous à leur niveau cette illumination pour un aspect relié à l’école (les liens entre amis, le français, les maths, la vie de groupe, l’estime de soi, la confiance en soi…).

Cette rencontre avec le monde merveilleux et sa passionnant de Caroline nous ouvre la porte à la rencontre de cet univers si vaste et profond qui se bâti entre les enseignants et les élèves.  Commençons donc une série d'articles!

 

 

(*) Avis de recherche; nous aimerions écrire un article pour vous présenter madame Renaud qui a enseigné à l’école Des Ormeaux à Duvernay, Laval. Y a-t-il quelqu’un qui pourrait nous mettre en communication avec mme Renaud ou nous parler d’elle?

© 2020 par Les Productions le p'tit monde