Mai 2020 

Biographie à 4 mains

 

Dans cette section, un jeune et un adulte de notre équipe s’y prennent à quatre mains pour présenter une brève biographie d’une personne âgée de Laval.  

Ici, notre rédacteur en chef, François Tardif et une jeune étudiante du secondaire, Daria Gaston, parlent de Noëlla.

Madame Noëlla Beaulieu

Une personne hors du commun qui en fait toujours un peu plus pour aider les autres.

 

Plusieurs fois par semaine, elle appelle 8 personnes seules pour discuter, les désennuyer, rire un peu avec elles et mettre de la vie dans le quotidien d’inconnus avec qui elle a pris contact par l’intermédiaire et l’appui précieux du Centre Scama à Laval. 

Née la veille de noël, il y a de cela 77 ans et baptisée le lendemain, ses parents ont tout naturellement décidé de l’appeler Noëlla.

 

Originaire de la splendide et spectaculaire région de la Gaspésie, elle a tout de suite su qu’elle aimait être en contact avec les autres, si bien qu’à 15 ans déjà, elle a fait une Émilie Bordeleau d’elle-même (en référence au personnage principal des romans Les filles de Caleb) et est devenue professeur d’école de campagne. Bien installée dans un rang à Sainte-Anne-de-Padoue et à Sainte-Jeanne-d’Arc, elle a fait l’école à 42 élèves en même temps. 

 

 

Ces élèves avaient entre 6 et 17 ans et elle devait les occuper du matin très tôt jusqu’en fin d’après-midi pour leur apprendre, chacun à leur niveau, les rudiments du français, des mathématiques, de la géographie et, surtout, de la vie en groupe.

 

Encore aujourd’hui, alors qu’elle continue d'être dynamique et de tout faire pour aider les autres, elle se souvient avec grande joie de ces années où elle vivait à l’école 24 heures sur 24, chauffait la baraque, et, aidée de sa sœur, prenait soin de toute cette marmaille, dont certains étaient plus vieux qu'elle. 

 

Heureusement, nous dit-elle, les élèves de l’époque respectaient son autorité et la discipline. 

 

« On sentait, se rappelle-t-elle, que le bonheur d’apprendre en groupe régnait dans mon école que je chauffais moi-même en nourrissant jour et nuit notre poêle à bois. »

 

Le matin, en arrivant, les élèves devaient avoir les mains propres et tous se mettaient à l’écoute de ses enseignements. En contrepartie, elle s’assurait que le poêle à bois soit bien rempli pour que l’atmosphère chaleureuse réchauffe aussi les pieds et les mains des enfants. Que de beaux souvenirs pour elle Noëlla et pour nous qui essayons d’imaginer le passé du Québec.

 

 

Daria Gaston, une jeune étudiante de l’école l’Odyssée-des-Jeunes a voulu aussi parler avec madame Beaulieu et nous partage ici quelques souvenirs d’enfance de Noëlla.

 

Plus jeune, Noëlla Beaulieu vivait à la ferme où elle aimait beaucoup travailler dehors avec sa famille. Elle aimait également aller à l'école, jouer dans la nature et écouter de la musique. Il y a beaucoup de moments agréables dans la vie de madame Beaulieu qui aime se rappeler quand ses 3 enfants lui racontaient des histoires drôles.

 

Noëlla viendra, le mois prochain aussi, nous raconter une partie de sa vie et, déjà, nous savons qu’elle n’a rien oublié de ses bonnes habitudes puisque, comme nous le disions tout à l’heure, elle continue d’aider les gens de son entourage en cette période d’isolement, avec sa bonne humeur et sa facilité à « jaser » avec les plus démunis de notre entourage. 

 

Les 8 personnes âgées qu’elle accompagne au téléphone attendent son appel et lui disent qu’elles adorent parler avec elle. Dans ses temps libres, et quand elle se retrouve à son tour un peu plus seule, elle tricote, fait le ménage et organise un petit jardin chez elle. 

 

Sa voix rieuse nous assure qu’elle fait tout cela dans la joie et que, nous l’espérons Daria et moi, nous avons réussi à vous communiquer.

 

Merci Noëlla du temps partagé avec nous!

 

François Tardif

Rédacteur en chef de La vie de l’autre

Daria Gaston

Étudiante à l'école secondaire l'Odyssée-des-Jeunes

Daria Gaston

Noëlla Beaulieu

© 2020 par Les Productions le p'tit monde