Février 2021 

     La Vie de l'autre  numéro 7

Rencontres 

image cover novembre .png

La Classe de Mme Janie

Mme Janie Fortier

Mme Janie Fortier de l'école Les Quatre-Vents,

nous présente sa classe. Mais auparavant, voici un portrait de cette enseignante.

OÙ ÊTES-VOUS NÉE?

Je suis née à Laval.

 

PARLEZ-NOUS DE VOTRE PLUS BEAU SOUVENIR D’ENFANCE QUAND VOUS ÉTIEZ À L’ÉCOLE PRIMAIRE.

J’ai plusieurs souvenirs associés à mon passage au primaire. D’abord, en 3e année, j’ai eu la chance de participer à un concours qui s’appelait L’art de s’exprimer. L’objectif final était de faire une présentation en s’exprimant sur un sujet de notre choix ou en racontant une histoire. Ce fut une magnifique aventure mais, à la fois, j’ai eu plusieurs défis à surmonter au cours de ce processus. Étant très timide, mon enseignante de l’époque a eu à me convaincre que j’avais le potentiel pour me présenter devant une foule et un jury pour faire passer mon message. Le jour des sélections au niveau de l’école, j’étais la première de mon niveau à m’exécuter. J’ai complètement figé devant la foule. Je suis donc sortie du gymnase où tous les élèves se trouvaient. On a invité la candidate suivante. J’ai ensuite demandé d’avoir une seconde chance et on me l’a accordée. J’ai finalement été choisie pour passer au prochain tour. Le jour du concours régional, je m’exécutais à nouveau en premier. Je sentais une certaine pression, mais j’ai réussi à faire ma présentation sans aucun souci. J’en étais très fière.   

 

Un autre souvenir qui a marqué mon primaire, c’est mon passage au bain linguistique en 6e année. Le programme était concentré dans une école entièrement dédiée au bain linguistique. J’ai donc complété ma 6e année dans une école où il n’y avait que des groupes d’élèves de mon âge. Quelle folle aventure! Évidemment, je devais me rendre chaque matin à une école située à près d’une heure de transport de chez moi. Je trouvais ça très long au départ, mais cela m’a finalement permis de créer des liens très forts avec plusieurs étudiants. Certains d’entre eux font encore aujourd’hui partie de mon entourage. Au quotidien, pendant cette année scolaire, nous avons vécu tellement de projets plaisants et ce, tout en apprenant l’anglais. C’est une année qui m’a marquée positivement.

 

VOTRE ACTIVITÉ OU LOISIR PRÉFÉRÉ?

J’adore le sport en général. J’aime beaucoup l’entrainement et le yoga, mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est assister à des événements sportifs. Je suis d’ailleurs une grande fan de football américain et de basketball. De plus, j’ai un côté très calme et solitaire; je lis et j’écris beaucoup. 

 

POURQUOI ÊTES-VOUS DEVENUE PROFESSEUR? Je suis devenue enseignante par passion pour l’intervention, pour la relation d’aide et parce que j’ai toujours aimé l’échange de connaissances entre êtres humains. J’ai aussi toujours voulu exercer un métier où j’allais me retrouver avec des êtres humains et où j’allais sentir que jour après jour je pouvais aider des gens à ma manière. Après avoir étudié dans plusieurs domaines et avoir côtoyé des enfants à travers divers projets et emplois, l’enseignement est finalement venu à moi comme étant une combinaison qui rassemblait tous les aspects qui me passionnaient.

 

QU’EST-CE QUI FAIT QUE VOTRE CLASSE EST SPÉCIALE CETTE ANNÉE?

Je me retrouve chaque jour devant des individus complètement uniques qui ont fait le choix de s’accepter tels qu’ils sont. Ce groupe part de loin… Au début de l’année, il y avait beaucoup de conflits reliés majoritairement au fait que chacun était centré sur soi-même. Chaque élève ne prenait pas nécessairement le temps de respecter et surtout d’apprécier les différences de chacun. Dès les premières semaines, nous avons vécu plusieurs activités en lien avec les différences, nous avons eu beaucoup de discussions afin que chaque personne puisse trouver sa place au sein du groupe. Aujourd’hui, ce merveilleux groupe a trouvé ses propres couleurs. Les élèves semblent constater qu’ils ont de grandes forces en unissant leurs différences. La cohésion n’a pas toujours été évidente et certains défis restent, mais je suis tout de même très fière de voir l’évolution de chaque être humain qui se trouve dans cette classe. Notre mot d’ordre : nous sommes une équipe, nous devons nous respecter et nous nous entraidons dans les bons comme dans les moins bons moments.

Nawaar Alkhoury

Nawaar Alkhoury

Une journée à la plage

Angel Arora

Angel Arora

Une bonne journée

Zacky Bakri

Zacky Bakri

La leçon

Ibrahim Benotmane

Ibrahim Benotmane

Le papa cool

Anas Fakri

Anas Fakri

iSaute

Darla Gaston

Darla Gaston

La piscine

Yousra Laachak

Yousra Laachak

Tous au parc d'attraction!

Anaïs Martin

Anaïs Martin

La journée folle

Ruth-Esther Sandian Miessan

Ruth-Esther Sandian Miessan

Cache-cache au parc

Mursal Mohammad Hashim

Mursal Mohammad Hashim

Le volleyball

Lina Mouffok

Lina Mouffok

Aventure en forêt

Attar Nazari

Attar Nazari

Mauvais magasin

Sleyter Jatssiel Perez Nivar

Sleyter Jatssiel Perez Nivar

Monster Jam

Nora Theng

Nora Theng

On se pratique

 

Une journée à la plage

Je m’appelle Nawaar et je vais vous raconter une histoire qui s’est passée l’été et qui a été quand même intense. Donc, c’était une belle journée à la plage. Toute la famille restait au chalet avec mes oncles, mes tantes, mes cousins, mes cousines, ma grand-mère, mes parents et mon frère.

Ma cousine était petite à ce moment-là, mais en réalité elle est plus vieille que moi de 1 an. Elle est très gentille. Elle et moi adorons se baigner, mais pendant cet été-là, on ne savait pas encore très bien nager.

Dans l’après-midi, on est rentrées dans l’eau de la plage lentement, car elle était très froide. Le sable était très doux. Les roches en-dessous de mes pieds étaient un petit peu moins agréables, mais j’étais capable d’y résister.

Sans le réaliser, ma cousine et moi marchions de plus en plus vers le creux de la plage. Mon oncle sortait et retournait sur le sable pour aller chercher les autres pour qu’ils s’amusent avec nous. Par contre, mon oncle ne savait pas qu’on était probablement en train de se noyer.

On essayait de nager vers la rive, mais comme j’ai mentionné avant, on ne savait pas nager, donc on criait pour de l’aide. Moi, je pensais vraiment qu’on allait se noyer.

Au moment où mon oncle est revenu avec les autres, il nous a vu crier pour de l’aide, donc il s’est jeté dans l’eau et nous a sauvées. Heureusement, lui, il savait très bien nager.

Après deux heures à la plage, nous sommes tous revenus au chalet pour manger un bon repas au barbecue.

 

C’est une histoire que je n'oublierai jamais.

Nawaar Alkhoury

 

Une bonne journée

Bonjour je m’appelle Angel. Aujourd’hui, je vais vous parler de ma mère. Moi, je suis une peureuse, mais ma mère, elle, n’a peur de rien. Elle est très cool. Elle est adorable, aimable, gentille et courageuse.

Cette belle femme a des courts cheveux roux et bourgogne. Elle a des yeux bruns et la peau beige. Ma mère porte très souvent des pyjamas.

Le matin du 24 juin 2018 à 5h, le jour de ma fête, on est parties à la plage avec mes cousines. J’avais tellement hâte, mais je crois que ma mère avait plus hâte que moi. Ma mère aime beaucoup la plage.

Arrivées à la plage, nous étions très excitées. Au début, on a commencé à jouer dans le parc près de l’eau. Quelques minutes plus tard, on a mangé et ensuite, on est allées nager.

 

On était bien, en train de s’amuser. J’ai demandé à mes cousines si elles voulaient aller plus en profondeur dans l’eau. Elles ont dit oui. On nageait et ma mère nous a appelées pour aller manger.

Quand on est arrivées pour manger notre repas, ma mère a vu un écureuil. Elle m’a appelée et m’a dit : « Regarde! ». L’écureuil était en train de manger notre repas. Ma mère voulait l’attraper, mais je me suis dit que l’animal allait courir trop vite. Par contre, ça ne dérangeait pas ma mère, alors elle a commencé à courir après l’écureuil. J’ai donc commencé à courir aussi.

Finalement, ce qui est arrivé, c’est que l'écureuil est tombé dans l’eau. J’ai arrêté de courir car il était assez éloigné de notre dîner. En plus, je suis une peureuse, je ne serais pas allée trop loin pour le chasser.

Angel Arora

 

La leçon

Bonjour!

Moi, je suis Zacky et je vais vous raconter une activité que j’ai bien aimée. J’ai contacté mon ami Maxim sur Messenger. Ensuite, on s’est connectés sur un jeu qui s’appelle Among us. C’est un jeu de stratégie du genre cartoon.

On jouait à Among Us au mode «medic» et quand ça a commencé, j’étais «medic». Le but du jeu est de ressusciter les crewmates, mais si on le fait, la personne ne pourra plus parler ou aller dans le clavardage. Maxim a été tué, puis je l’ai ressuscité. Puis, comme il était mort, il ne pouvait plus parler alors, dès que le jeu s’est terminé, il m’a remercié.

Le dernière partie de Among us, moi j’étais l’imposteur et dès que le jeu a commencé, Maxim m’a posé des questions un peu bizarres : Il est quelle heure? Comment as-tu trouvé ta journée? Es-tu l’imposteur?

Je répondais à ses questions et je devais continuer de cacher mon jeu. J’étais en train d’écouter de la musique et j’essayais de rester calme. Maxim a demandé une rencontre d’urgence dans le jeu, puis tous les joueurs ont tous voté pour moi en tant qu’imposteur. Alors, j’ai perdu.

À la fin, mon ami Maxim m’a appris comment détecter un mensonge. Quand on dit la vérité : la voix est basse, on sourit, nos yeux sont assez ouverts et notre dos est assez droit. Quand on ment : on prend du temps pour répondre à la question, on a l’air fâché, nos yeux sont en train de regarder le plancher, notre dos est plié et la personne dit que toi tu mens même si tu ne mens pas. J’ai compris que je devrai faire plus attention la prochaine fois.

Zacky Bakri

 

Le papa cool

Mon nom, c’est Ibrahim. Mon père est gentil, drôle et patient. On a les mêmes qualités. Quand mon père était jeune, il était petit comme moi. Lorsque le temps a avancé, il a grandi comme une fusée. La couleur de sa peau est brun pâle (peau basanée). J'espère être courageux comme lui toute ma vie. Quand je suis dans une situation de danger, il me sauve et m’aide toujours. Chaque fois que j'ai de la difficulté à faire mes devoirs, il m'aide. Quand un problème technique avec l'ordinateur survient chez nous ou dans notre entourage, il le répare en un clin d'œil. Dans le passé, mon père était cuisinier dans une pizzeria.

 

Chaque été, très souvent, nous partons à vélo vers l'école les Quatre-Vents avec mes deux sœurs. C’est notre passe-temps préféré. Avant qu'on parte, nous faisons une prière.

 

Avant de partir, nous sortons les vélos de leur rangement habituel et nous faisons quelques tours de ruelle pour nous habituer.

 

Nous démarrons et attendons au feu de circulation pour traverser le boulevard Saint-Martin. Ce feu est habituellement si long que nous faisons de notre mieux pour arriver avant qu’il ne devienne rouge.

 

Pour rejoindre la rue qui nous amène aux Quatre-vents, on passe à côté d'une église. Nous aimons beaucoup ce trajet, car il n’est pas très achalandé par les voitures, ce qui nous permet de pédaler vite et de faire une bonne course.

 

Avant d’arriver à l'école les Quatre-Vents, nous empruntons une descente raide accompagnée de nos folies et en présence des taquineries de mon père.

Ibrahim Benotmane

 

iSaute

Bonjour les gens de la revue ! J’apprécie que vous lisiez mon texte. Je m’appelle Anas et j’ai 12 ans. J’adore les ordinateurs ! Aujourd’hui, je vais vous parler d’une histoire avec mon meilleur ami, Omar. C’est rare que je raconte des histoires mais bref, allons-y !

Alors, on était en train d’attendre dans la voiture de ma mère, pour arriver au centre de trampolines iSaute. Cet endroit est une géante place remplie de trampolines, un endroit de ballon chasseur, de jeux de laser et bien plus! Dans la voiture, Omar et moi, on était en train de jouer à roche papier ciseaux, un jeu classique !

Après quelques minutes, on était arrivés au iSaute géant ! On était excités de sauter sur les trampolines et de jouer au ballon chasseur. Par contre, la ligne d’attente était vraiment longue, ça semblait comme 10 km de long ! Après une heure, on a eu nos bracelets et on a commencé à jouer !

On était en train de sauter, faire des flips, jouer au ballon chasseur et on a aussi joué au jeu de laser. C’était trop cool, on était en train d’adorer l’activité ! Il y avait une petite place de Réalité Virtuelle, mais il fallait payer 20 dollars donc on ne pouvait pas y jouer.

Ma mère nous a invités à la cafétéria pour un sloche aux fraises. Mon meilleur ami et moi, on a couru à la cafétéria, car on adore les sloches. On s'est régalés, mais ma mère nous a dit que c’était déjà le temps de partir à la maison.

On était épuisés à un point tel qu’au moment même où on s’est assis dans la voiture, on a eu sommeil. C’était une journée très sportive et amusante, surtout parce que j’étais avec mon meilleur ami ! Alors, j’espère que vous avez aimé lire mon texte, je vous souhaite une excellente journée !

Anas Fakri

 

La piscine

Je m’appelle Darla et j’ai 11 ans. Je suis une jeune fille plutôt intelligente et autonome, mais je suis aussi peureuse par moment.

 

Andrew, un de mes cousins, est drôle et responsable. Il a environ ma taille et un teint beaucoup plus pâle que moi. Il a les cheveux châtains et il a un an de plus que moi. On se connait depuis que nous sommes tous petits.

L’été passé, j’étais dans ma cour avec ma famille. Nous étions 9 personnes : ma mère, mon père, mon grand frère, ma sœur jumelle, ma tante, mon oncle, mes deux cousins et moi. Ma sœur, mes cousins et moi jouions tous dans la piscine.

Dans la piscine, il y avait des escaliers. Donc, à partir de la deuxième marche, on sautait dans l’eau la tête première. Puisque Édouard avait 4 ans, il avait un gilet de sauvetage et quand il a sauté, sa cheville a accroché le rebord de la piscine et ça l’a coupé. Il est sorti rapidement de l’eau et Andrew a immédiatement appelé sa mère.

Nous sommes tous sortis de la piscine et sa mère a posé un pansement sur la blessure d’Édouard. Après, nous sommes retournés dans l’eau et nous avons continué à jouer.

Darla Gaston

 

Tous au parc d'attraction!

Bonjour, je m’appelle Yousra, je suis une personne très souriante et intelligente. Il y a une personne dans ma famille qui est très intelligente, généreuse, drôle, et quelqu’un qui peut m’aider pendant mes études, qui peut m’encourager pour plusieurs raisons. C’est mon oncle Yassine. Il a des cheveux noirs, des yeux bruns, des muscles, car il est fort et grand. Il a beaucoup de talents. C’est quelqu’un de sportif, de courageux et de brave. Il est vraiment formidable. Je l’aime beaucoup. Nous deux, on aime la piscine, on aime s’entrainer dans des salles de sport et faire des promenades à vélo.

En 2016, au cours de l’été, nous sommes allés dans un grand parc d’attraction où il y a aussi beaucoup de petits restaurants. Autour, il y avait d’autres attractions et un grand fleuve juste à côté. Il y avait mes parents, mon oncle, mes grands-mères, ma petite sœur et mon petit frère. Avant d’y aller, on est allés dans un grand restaurant chic.

Avant de sortir de la maison, ma maman m’a dit de mettre les choses essentielles dans un grand sac, comme des bouteilles d’eau, des collations, des ustensiles. Après que tout le monde ait été habillé, on est sortis tous ensemble pour d’abord aller dans le grand restaurant chic.

Ensuite, après avoir bien mangé, on est partis directement au parc d’attraction. Après un long trajet qui a duré environ 30 minutes, on est descendus de la voiture en regardant les grands manèges de loin. On voyait aussi des petits restaurants, des petits magasins et un grand fleuve magnifique juste à côté. C’était très joli à voir.

Alors qu’on a terminé d’observer ce qu’il y avait autour de nous, ma petite sœur et moi avons demandé à notre oncle s’il pouvait payer pour un manège qui tournait vite. Il est vraiment généreux, c’était sûr qu’il allait vouloir. Tout de suite, il a accepté, mais aussi, il fallait avoir la permission de nos parents. Ils ont, eux aussi, accepté.

Mon oncle a terminé de payer. C’était maintenant le tour de mon oncle, mon père et moi d'aller dans le manège. Ma petite sœur et mon petit frère ne pouvaient pas y aller, ils étaient trop jeunes, ma sœur avait 4 ans et mon frère 2 ans. Pour faire le manège, ça prenait 6 ans et plus. Mes grands-mères et ma mère ne voulaient pas y aller, alors elles sont restées près des plus jeunes. Pendant ce temps-là, nous nous installions sur les petits bancs. Après quelques minutes, le manège a commencé à tourner lentement puis de plus en plus vite. Tout le monde criait fort, mais très fort. Même nous, on criait très fort. Ça continuait de tourner encore. À ce moment-là, j’ai eu un peu peur et je me sentais étourdie. Après que le manège se soit arrêté, j’ai directement détaché la ceinture et j’ai essayé de courir le plus rapidement possible, car je voulais vomir dans la poubelle. Je ne pouvais pas attendre, sinon j’aurai vomi par terre. Malheureusement, c’était trop tard, ma mère était là et j’ai vomi sur ses souliers, mais une chance qu’elle n’était pas fâchée. J’ai demandé à mes parents si c’était possible de rentrer à la maison, ils ont accepté.

De retour à la maison, je suis allée rapidement sur mon lit, car j’avais mal à la tête et j’étais très fatiguée. Je ne vais jamais oublier cette bonne journée, qui a aussi été, en même temps, une mauvaise journée.

Yousra Laachak

 

La journée folle

Je m’appelle Anaïs. J’ai 11 ans. Je stresse pour tout et rien. Ma mère, elle, ne stresse pas souvent. Dans l’histoire que je vais vous raconter, ma mère ne stresse pas du tout. Ma mère, elle est gentille, drôle et intelligente. Elle a les cheveux bruns, les yeux bleus et elle est moyennement grande. Aussi, elle est une bonne mère de quatre filles et elle coiffe bien les cheveux.

L’histoire se passe en soirée un vendredi. J’étais chez moi à ma maison, seule avec ma mère. Avant que toute l’action se passe, je revenais de l’école. Ma mère était à la maison et quand je suis revenue de l’école, j’ai appelé mon amie Angel.

Je parlais avec mon amie au téléphone. On parlait de tout et de rien. Puis, on était très calmes. J'étais dans la chambre de ma mère et elle, elle était dans le salon.

Ensuite, je suis allée rejoindre ma mère dans notre salon. Pendant ce temps, j’étais toujours au téléphone avec mon amie. Au même moment, ma mère m’a donné un paquet. J’étais contente même si je ne savais pas ce qu’il y avait dedans. J’avais très hâte de l’ouvrir.

Tout à coup, ma mère m’a dit que ma lapine Penny était derrière mon canapé. À partir de ce moment, je stressais beaucoup parce qu’elle ne sortait pas et j’avais peur qu’elle mange les fils. Ceci aurait pu être catastrophique ! Ma mère, elle, était très calme et n’était pas stressée. Puis, j'essayais de sortir Penny, mais elle me voyait puis elle repartait en arrière du sofa. À un moment donné, ma mère a essayé puis elle a touché le fil de la lumière. Il faisait noir et à ce moment-là, ma lapine Penny est sortie d’en arrière du canapé.

Bref, après avoir attendu trois millions de temps, ma lapine est sortie de derrière le canapé. Tout ça est pour dire que ma mère ne stresse pas souvent, surtout elle ne stresse pas pour rien. Elle cherche plutôt des solutions.

 

Je t’aime maman.

Anaïs Martin

 

Cache-cache au parc

Je m'appelle Ruth et j’ai 11 ans. Je suis une fille intelligente. J'adore l'aventure, mais j’ai peur de plusieurs choses. En revanche, mon père n'a peur de rien. Il est grand, il a des cheveux noirs, des yeux noirs et une peau foncée. Mon père est très patient et attentionné et surtout, il est fidèle à sa famille. Il me protège toujours.

L’été dernier, ma famille et moi sommes allés au parc d'attraction loin de la maison. Ça faisait longtemps que mon père voulait qu'on aille dans des manèges. Lorsque nous sommes arrivés au parc d'attraction, mon père a remis à un monsieur les billets pour qu'on puisse rentrer au parc d’attraction. Ma famille et moi avons essayé plein de manèges.

 

Quand nous avons fait tous les manèges, mon père à décidé qu'on jouait à cache-cache dans le parc. Il a décidé des limites pour le jeu. Lorsque nous avons commencé à jouer à cache-cache, c'était moi qui devais compter et quand j’ai eu terminé, j’ai trouvé toute ma famille… sauf mon père.

J’ai demandé à ma famille de m'aider à trouver mon père. On a même commencé à l’appeler en criant pour trouver sa cachette. À un moment, ma famille et moi avons commencé à nous inquiéter pour mon père. Quand nous l’avons trouvé, il était en train de s'amuser dans des manèges. Il n'avait pas respecté l'endroit où on devait se cacher.

Depuis ce jour-là, mon père, chaque fois que nous partons dans un parc d'attraction et que nous jouons à cache-cache, il respecte l'endroit où nous devons nous cacher pour ne plus qu’on s’inquiète.

Ruth-Esther Sandia Miessan

 

Le Volleyball

Je m’appelle Mursal Mohammad Hashim. J’ai 12 ans et ma sœur et moi nous amusons beaucoup en faisant du sport. Ma sœur a 15 ans et elle est en secondaire trois. Marjan est très sportive, passionnée, calme et gentille. Elle est plus petite que moi en taille. Elle connait tous les sports et surtout elle est mon ange gardien. Elle me protège et m’aide tout le temps quand c’est possible pour elle.

L’été dernier, le 22 juin, ma famille et moi nous sommes allés à la plage pour fêter mon 12e anniversaire. Et puis, on a trouvé une place pour s’installer. Ma mère a commencé à décorer la table et ma tante préparait du barbecue. Ensuite, je suis partie nager avec mes frères et mes sœurs.

Après avoir terminé de manger et de nager, mes sœurs voulaient jouer au volleyball. Elles m’ont demandé si je voulais jouer avec elles. J’ai joué et fait du mieux que je pouvais, mais je n’ai pas réussi à bien jouer. Alors, on est partis pour manger du gâteau et ouvrir mes cadeaux d’anniversaire. J’ai reçu les meilleurs cadeaux et j’ai mangé le plus délicieux gâteau de tous les temps.

Par la suite, en après-midi, ma sœur sportive m’a demandé de réessayer le volleyball et je l’ai fait. Cette fois, j’étais un peu meilleure que la première fois, car elle m’a bien expliqué et elle m’a donné des trucs pour bien jouer. Après quelques essais, j’ai réussi à faire quelques échanges avec elle et nous avons joué trois à quatre tours. Ensuite, vers 19h30, nous sommes rentrées à la maison.

Voilà, c’est l'un des meilleurs anniversaires et surtout une des plus belles expériences de toute ma vie. La leçon que ma grande sœur m’a donnée après cette activité était que pour essayer quelque chose de nouveau, tu n’as pas vraiment besoin d’être parfaite. Tu as seulement besoin d’avoir l’envie de réessayer et de ne pas abandonner après deux ou trois essais. Après tout ça, le volleyball est devenu un de mes sports préférés et je le pratique souvent maintenant.

Mursal Mohammad Hashim

 

Aventure en forêt

Salut, je m'appelle Lina et j'ai 12 ans. Aujourd'hui, je vais vous raconter une histoire qui s’est passée en 2015. Cette histoire s’est passée dans mon pays d'origine avec ma cousine, mon frère, et moi. Dans ce temps-là, j'avais 5 ans, mon frère 8 ans et ma cousine 9 ans. Physiquement, ma cousine était petite, mince et avait des cheveux long. Ses cheveux et ses yeux sont brun pâle. Mon frère était aussi petit, mince et avait des cheveux courts. Il était excité et énergique et ma cousine était une personne bavarde.

Il y a longtemps, on aimait Dora l'exploratrice, alors on voulait faire comme elle. En jouant dans le parc, c’est mon frère qui a eu la mauvaise idée d'aller dans la forêt pour trouver des papillons.

Alors, on a décidé d'aller dans la forêt à côté du parc. Une fois rendus entre les arbres, on a commencé à courir et on a fini par se perdre. Le lieu est grand, alors difficile de retrouver la sortie. Comme n'importe quel enfant, on était effrayés et on a commencé à paniquer. On a commencé à entendre des voix de loin et on a suivi la voix. À force de marcher, les voix devenaient de plus en plus proches et c’est comme ça qu’on a retrouvé la sortie de la forêt.

On a enfin retrouvé le parc. On a couru chez nous et quand on est arrivés à la maison de ma tante, on lui a tout raconté et elle ne nous a pas crus. Ça nous a appris qu’il ne fallait pas aller dans des endroits qu’on ne connaissait pas.

Merci d’avoir pris le temps de lire mon histoire.

Lina Mouffok

 

Mauvais magasin

Je m’appelle Attar, je suis petit pour mon grand frère. Il est intelligent et il est en bonne santé. Mon frère est grand, il a deux bras, deux jambes, une tête mais il n’a pas de cerveau. Mais non... Je fais des blagues! Il sait comment skier et comment faire de la planche à neige, ça lui demande quand même d’avoir un bon cerveau !

Il y a deux ans, mon grand frère et moi étions en train de magasiner pour la fête de mon cousin dans le magasin Walmart. Après, il m’a dit de rester à un endroit à l’attendre pour qu’il aille chercher une carte de fête et une carte cadeau.

Dès qu’il est parti, je suis devenu impatient. J’ai attendu encore dix minutes maximum. «Je vais aller le chercher», me suis-je dit dans ma tête.

 

J’ai décidé d’aller enquêter dans la section des articles d’anniversaire. Quand je me suis rendu jusqu’à la section anniversaire, je me suis retrouvé dans la section bricolage…

Tout à coup, j’ai compris que j’étais perdu. Je courais partout en essayant de trouver mon grand frère. Je paniquais, je pleurais à l’intérieur de moi et je pensais que mon frère allait être fâché.

J’ai arrêté de le chercher, car j’étais fatigué et je ne savais plus quoi faire. Après, quelqu’un est venu taper sur mon épaule. C’était mon frère et, oui, il était fâché ! Il m’a dit qu’on allait être en retard pour la fête de mon cousin. Quand on est arrivés à la fête de mon cousin, on était presque une heure d’avance parce qu’on s’était trompés d’heure.

Attar Nazari

 

Monster jam

 

Bonjour,

Je m’appelle Sleyter Jatssiel Nivar. J’ai 12 ans. Je viens d’un pays chaud du sud. Ma mère est la plus drôle et la plus intelligente que le monde ait connu. Ces cheveux sont châtains et elle est tellement forte. Elle a des talents impressionnants. Ma mère est super bonne à la cuisine puis réellement la meilleure maman au monde. Ce qui nous unit, c’est l’amour entre nous puis les membres de notre famille.

 

En juin 2018, nous sommes allés au Stade olympique de Montréal.  Au stade, il y avait beaucoup de sable au sol avec des obstacles pour le Monster Jam. Là, il y avait environ 1000 personne, c’est-à-dire beaucoup de personnes autour de nous.

 

Avant de se rendre au Stade olympique de Montréal, on a commencé à écouter de la musique pendant le chemin.

 

Quand nous sommes arrivés sur le site du Stade olympique, on a commencé à parler parce qu’on ne trouvait pas de stationnement. Quelques minutes plus tard, nous sommes entrés puis nous nous sommes assis à notre place. Après quelques minutes, ma mère et moi, on a entendu des bruits de moteur. Le premier obstacle du Monster jam, c’était de détruire une voiture vieille et moche. Il a réussi, mais le monstre jam lui-même était tout détruit. 

 

Tout le monde qui était dans le stade olympique a commencé a crié comme des fous, puis la personne qui conduisait est sortie du Monster jam. Il a levé la main en disant «Ouiiiiii !!!».  

 

Les dernières activités qu’on a faites ensemble ce jour-là, c’était de manger de la crème glacée puis d’aller à la maison.

Sleyter Jatssiel Perez Nivar

 

On se pratique

Je me nomme Nora. Je ne suis pas très bonne en sport, mais ma cousine Kate est sportive. Ma cousine est grande, elle a des cheveux longs quand même et Kate est très belle. On dirait qu'elle est timide, mais avec ses amies, elle parle beaucoup. En plus, elle est très rapide à la course et Kate est bonne à la flûte. Puis, une de ses habitudes, c’est de s’habiller lentement. Kate est une cousine depuis la naissance, je suis toujours avec elle et, en plus, sa fête est le 22 mai et moi le 29 mai !

 

Un vendredi en après-midi, nous étions à la maison en train de jouer avec nos jeux électroniques. Kate était avec moi sauf qu'elle se changeait pendant que moi je regardais mon cellulaire. Kate avait enfin terminé de s’habiller. Elle est descendue au sous-sol. Ensemble, nous avons joué à Arsenal, car on avait du temps. J'ai ragé et eu peur alors, j'ai pensé à préparer une fourchette (défense pour que je ne me fasse pas attaquer) pour aller chercher mon frère plus tard.

 

Un peu plus tard, nous devions donc aller chercher mon cousin, le frère de Kate, à l'école. On avait mis nos manteaux et, bien sûr, j'ai terminé avant elle. Je suis allée rechercher ma fourchette, car je l'avais oubliée dans la cuisine. Kate a enfin terminé de s'habiller.

 

On est sorties dehors et Kate avait fermé la porte. Kate et moi commencions à marcher. Ma cousine, Kate, avait vu une grosse pile de neige, alors on était parties de l'autre côté de la rue. Nous continuions à marcher. J'avais vu une personne, je tenais donc fortement ma fourchette, oups ! Rien ne s'est passé, mais j'avais trop peur. Nous étions enfin arrivées à l'école. Je suis rentrée dans l'école, Kate attendait dehors. Chakrit était en train de regarder un film. J’étais rentrée dans la salle, et finalement il avait fini de s'habiller. Nous sortions de l'école. Kate, Chakrit et moi avions pris un raccourci vers la maison. Enfin, on était presque arrivées ! J'avais vu un chien, il me faisait peur, alors, on faisait comme si on se faisait chasser par le chien. C'était comme une pratique d’attaque pour nous. J'ai soulevé Chakrit sur mon dos. Kate et moi courions vers la maison et enfin on était arrivées. Ouffff !

Nora Theng

© 2020 par Les Productions le p'tit monde